Carlos Gardel
T.A.
Stage ete planning des activites
Menu

Carlos Gardel

Carlos Gardel est le plus grand chanteur de tango de l'histoire, né selon les uns à Toulouse en France le 11 décembre 1890, selon les autres à Tacuarembó, en Uruguay le 11 décembre 1887, et décédé le 24 juin 1935 dans un accident d'avion près de Medellin en Colombie.

Carlos Gardel, le Zorzal Criollo

Il avait deux ans quand sa mère s'est exilée à Buenos Aires, afin d'échapper à l'opprobre populaire parce qu'elle était fille mère. Sa mère Berthe Gardes était repasseuse ; la naissance de son fils sans père était inacceptable pour la famille Gardes. L'Argentine à cette époque était très prisée par les Français qui émigraient, et après s'être fait délivrer un passeport, elle embarqua avec son fils sur un bateau qui l'amena à Buenos Aires le 11 mars 1893, car elle y avait une amie qui y tenait un atelier de repassage.

Selon les biographies établies par Simon Collier, professeur d'histoire à l'université d'Essex en Angleterre, ainsi que Julián et Osvaldo Barsky d'Argentine, Berthe Gardes, afin de pouvoir travailler dans l'atelier de repassage, avait confié la garde de son fils à une voisine ; il partageait son enfance avec les 5 enfants de cette femme, ceci jusqu'à son entrée à l'école. Dès l'âge de 11 ans, il chantait dans une chorale du collège Pie IX où il était scolarisé. Pendant son adolescence, en quête d'indépendance, il abandonna son foyer et fit divers petits boulots pour subsister. Il fut toujours attiré par le chant, s'amusant à imiter les grands ténors et chantant aussi dans un café nommé O'Rondeman en échange de nourriture.

Devenu adulte, il donna des lettres de noblesse à ce mode culturel de musique et de danse qu'est le tango argentin, connaissant ainsi un succès mondial.

Il tourna dans de nombreux films à succès de cette époque, dont les scénarios étaient pour lui prétexte à chanter.

L'une des plus belles salles de danse à Paris, le Balajo, fut décorée en mode kitch et dédiée à sa mémoire en 1936, et cette salle, dont on a conservé la décoration d'origine, est toujours fréquentée ; on y danse notamment le tango argentin, en alternance avec la salsa.

Sa dernière grande tournée de spectacles s'est déroulée en novembre 1933, à Paris, puis à New York, et les grandes villes d'Amérique du Sud. Le lundi 24 juin 1935, Carlos Gardel meurt au sommet de sa gloire près de Medellin en Colombie, dans l'accident de l'avion où il avait pris place. Il ne devait pas revoir sa ville de Buenos Aires. L'un de ses grands succès, Volver (en français Le retour), fut pour lui l'impossible retour, et c'est par bateau, mode de transport qu'il avait toujours préféré, que son corps fut ramené en Argentine. Il est enterré dans le cimetière de la Chacarita à Buenos Aires. Sa tombe est visitée par des admirateurs venant des quatre coins du monde.

Argentins et Français ont souvent eu des relations amicales, ainsi la cause de la France au cours de la Première Guerre mondiale fut soutenue par le peuple argentin, et Carlos Gardel composa un tango en hommage aux soldats de cette guerre alors qu'il tournait en 1932 dans les studios Paramount à Joinville. Ce tango se nomme Silencio, la couverture de la partition originale représente un soldat penché sur un bébé dans son berceau.

La qualité de sa voix et sa mort prématurée vont être les éléments déterminants qui feront de lui un mythe populaire. Tous ceux qui parlent du tango ou entendent parler de cette musique vont l'associer immédiatement à son nom. Carlos Gardel incarne désormais, et de façon indiscutable, le tango.

Sa voix a su charmer tous les publics, bien au-delà des barrières linguistiques. Son charme et sa prestance ont fasciné les femmes. Son attitude fraternelle a attiré les hommes du monde entier, qui ont pris du plaisir à écouter sa voix unique et éternelle gravée sur les sillons des disques de vinyle.

Carlos Gardel restera à jamais dans le cœur des Argentins le plus grand mythe de Buenos Aires.

Controverse sur son lieu de naissance

Le lieu de naissance de Carlos Gardel fait toujours l'objet d'une vive controverse, alimentée par la fierté patriotique de trois nations. Deux thèses s'affrontent, même si du côté uruguayen, il n'existe aucun document officiel relatif à la naissance du chanteur, à savoir son acte de naissance, seule preuve irréfutable de la date et, bien sûr, du lieu.

Dans leur ouvrage Carlos Gardel: sus antecedentes franceses, Monique Ruffié, Juan Carlos Esteban et Georges Galopa apportent en revanche toutes les pièces prouvant que Carlos Gardel est bien né à Toulouse, le 11 décembre 1890, de la Française Marie Berthe Gardes et de père inconnu. Sa prétendue nationalité uruguayenne n'avait donc qu'un seul but : lui éviter des problèmes lors de ses tournées en Europe (sa naissance française le rendait mobilisable durant la Première Guerre mondiale et, donc, passible de sanctions pour insoumission lors de ses passages en France).

Selon la théorie opposée, Gardel serait tout simplement né en Uruguay. La légende de son ascendance française trouverait seulement son origine dans son testament, falsifié pour permettre à la mère adoptive de l'artiste, la Française Berthe Gardès (1865-1943), d'hériter de lui après sa mort brutale et imprévue.

La première théorie paraît solidement étayée. Les registres de l'état civil français conservent bien la trace d'un fils de Berthe Gardès, nommé Charles Romuald Gardès, né à Toulouse le 11 décembre 1890. Des documents argentins attestent aussi de l'arrivée de Berthe Gardès et de son fils Charles à Buenos Aires le 9 mars 1893. Enfin, nul n'a jamais contesté le fait que Gardel ait été élevé par Berthe Gardès.

Cette théorie a cependant été vivement remise en cause par la découverte du certificat de naissance d'un enfant nommé Carlos Gardel, né le 11 décembre 1887 à Valle Edén dans la région de Tacuarembó en Uruguay, en conformité presque parfaite avec les documents d'identité de l'artiste. Toutefois, ce document est dénoncé comme un faux par les partisans de la première théorie.

Le plus ancien document administratif établi par Carlos Gardel lui-même ne date que de 1920. Il s'agit d'une déclaration à l'ambassade d'Uruguay, dans laquelle l'artiste prétend être né à Tacuarembó le 11 décembre 1887, et être fils de Carlos et María Gardel, tous deux décédés.

Avant que la controverse ne se développe, Gardel avait été interrogé plusieurs fois par des journalistes au sujet de son lieu de naissance, et ses réponses sont volontiers évasives; toutefois, cela peut s'expliquer par son désir de flatter les sentiments patriotiques de son public argentin. Il a toutefois eu cette réponse bien apte à entretenir la légende: "Je suis né à Buenos Aires à l'âge de deux ans et demi."

Quoi qu'il en soit, la voix de Carlos Gardel a été déclarée patrimoine de l'Humanité par l'Unesco, qui présente officiellement l'artiste comme un "chanteur argentin né en France". En Uruguay, de nombreuses voix réclament, en vain jusqu'à ce jour, que des analyses ADN soient effectuées pour trancher définitivement la controverse.

http://www.gardelbiografia.com.ar/#carlos

(Droit d'auteur : Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL))